Il y a de plus en plus de vidéos sur You Tube qui ont à voir avec l’éducation, qu’il s’agisse de chaines thématiques dédiées à des contenus scientifiques (comme l’excellent Point G, …avec un G comme géographie) ou de chaines dédiées à l’enseignement d’une matière (comme la chaîne d’Yvan Monka dédiée aux mathématiques).  On voit également arriver des contenus plus reliés aux questions réflexives sur l’éducation, comme ici une vidéo sur un séminaire international à l’IFE concernant la vidéo formation ou comme la chaine “EduKey” d’un jeune passionné des questions éducatives.

Une chaîne consacrée à l’esprit critique, habituellement plutôt dans le domaine des sciences dures, m’a demandé de venir parler des “sciences de l’éducation” à Nancy le 13 septembre 2017. Plus d’une heure de direct avec des questions parfois difficiles à traiter pour un public de non spécialistes : c’était intéressant mais parfois pas évident ! Un exercice néanmoins stimulant qu’on peut consulter sur la chaîne de la Tronche en Biais.

Sinon, dans un tout autre registre, un collègue du SGEN-CFDT est venu me poser quelques questions à Lyon pour préparer un colloque qui aura lieu en novembre prochain sur le thème de l’autonomie et de la gouvernance du premier degré. Il en a fait une vidéo, que je reproduit ici.

 

Tags: , ,

La DGESCO et l’ESENESR ont organisé en janvier 2017 un séminaire sur l’évaluation des acquis des élèves.

Il m’avait été demandé d’introduire des exemples européens Dans un premier temps, j’ai en fait surtout présenté des exemples rapides de dispositifs dans d’autres pays pour souligner la nature contingente des formes d’évaluation que nous considérons comme essentielles. Dans un deuxième temps j’ai repris des éléments des débats sur l’évaluation qu’on trouve dans la littérature scientifique internationale pour éclairer les enjeux opérationnels que l’on rencontre en France.

La vidéo de l’intervention ainsi que celle des autres intervenants (Anne Burban, Viviane Bouysse Yves Reuter, Brigitte Hazard, Carole Sève et Frédéric Tolon) peuvent être visionnées sur le site de l’ESEN : http://www.esen.education.fr/fr/ressources-par-theme/evaluation/evaluation-des-acquis-des-eleves

Tags: ,

L’Association française des acteurs de l’éducation (AFAE) a publié en juin 2017 un numéro de sa revue (Administration & Éducation) sur les Écoles supérieurs du professorat et de l’éducation (ESPE). Il contient un article que j’ai écrit, ainsi introduit :

La pluralité des disciplines, courants et savoirs en éducation qui semblent devoir être mobilisés pour la formation a quelque chose de décourageant. Pourtant, celle-ci n’est pas forcément condamnée à la fragmentation et à l’absence de cohérence. Il faut pour cela accepter de chercher les voies et moyens d’une culture générale des savoirs de référence en éducation, basée sur l’articulation étroite avec la pratique pédagogique, plutôt que de poursuivre la quête vaine d’une science appliquée à l’éducation. (Rey, Olivier. « Comment organiser des savoirs de référence pour la formation des enseignants ? », Administration & Éducation, vol. 154, no. 2, 2017, pp. 19-24 ).

La revue est disponible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-administration-et-education-2017-2.htm

 

Tags: , ,

Au moment de trier les documents, de ranger les dossiers et de faire le point des travaux en cours, que reste-t-il d’une année professionnelle ?

Il y a évidemment les publications traditionnelles (articles, contributions d’ouvrages, rapports…) qui figurent généralement sur ce site.  En parallèle, il y a toute une série de réalisations hybrides, qui prennent des formes de littérature grise ou de contributions encore plus hybrides, à l’image des supports de présentation orale.

Conférence sur l’évaluation dans l’académie de Reims.

On se rend  alors compte qu’il a fallu brasser beaucoup de sujets, pour répondre aux sollicitations diverses, allant du CARDIE d’une académie jusqu’à la direction ministérielle de l’enseignement scolaire, en passant par un regroupement de formateurs, une association de parents d’élève, une réunion d’inspecteurs dans un Rectorat, un séminaire  international de recherche ou une formation à l’ESENESR. On a donc parlé de l’articulation entre recherches et pratiques, de l’évaluation des élèves, des compétences (plus rarement), du travail personnel de l’élève, des apprentissages efficaces, du changement en éducation, des relations entre politique et éducation… Dans ces moments là, je me déplace parfois en mon nom personnel (parce que j’ai plus spécifiquement travaillé une thématique), parfois comme représentant de mon équipe, voire de la direction de l’IFÉ, et il faut alors réaliser des synthèses qui satisfassent le plus grand nombre sans trop sacrifier la rigueur scientifique.

Cela s’est traduit par des déplacements aux quatre coins de la France, voire au delà (au Danemark et en Italie), à intervenir dans des conférences, des séminaires, des formations, pour parler parfois de son travail, plus souvent de celui des autres, et toujours pour essayer de faire des ponts entre les recherches que l’on connait et les pratiques qu’elles pourraient améliorer. A chaque fois il s’agit de mobiliser les travaux de chercheurs repérés dans la littérature internationale, ceux de ses collègues proches (l’équipe Veille & Analyses, mais aussi le Centre Alain Savary par exemple), pour des restitutions utiles aux publics qui nous ont sollicités.

Avec Jean-Marie De Ketele et le jury de la conférence de consensus sur la différenciation pédagogique.

A côté de ces interventions, il y a des écrits un peu décalés, comme cette série sur John Hattie et Visible Learning publiée sur Eduveille qui m’a passionnée mais qui s’est révélée de plus en plus complexe à boucler au fur et à mesure que je l’écrivais ! Il y a eu aussi des contributions hybrides réalisées pour le compte de l’IFÉ, pour nourrir certaines parties des rapports qui ont été publiés cette année concernant la recherche en éducation : rapport Taddei, rapport ATHENA, rapport CNIRE…  Il y a eu encore le travail de préparation et d’animation de la conférence de consensus organisée avec le CNESCO sur la différenciation pédagogique.

Il y a eu également l’enquête sur les pratiques interdisciplinaires dans plusieurs collèges menée pour le projet européen CrossCut sous la conduite de ma collègue Catherine Reverdy. Une enquête qui m’a donné l’occasion d’une immersion dans des collèges dans la banlieue Lyonnaise, dans le Puy de Dôme et à Niort. L’occasion de constater une nouvelle fois sur le terrain la diversité des contextes éducatifs et des pratiques enseignantes, bien loin des travers généralisants spontanément adoptés dans le débat public.

Préparation de l’observation d’une séance interdisciplinaire en collège

On se rend compte dans ces moments de fin d’année qu’on devrait toujours laisser plus de traces écrites pour capitaliser tous ces travaux, qui ont parfois apporté quelque chose d’intéressant mais dont on perd la mémoire sous l’effet de successions des tâches et des projets. Et déjà, l’agenda de la prochaine année universitaire se remplit à grande vitesse…

La dimension internationale est devenue un facteur de légitimation particulièrement puissant dans le domaine de la politique éducative comme dans celui de la recherche en éducation. Plus besoin d’argumenter sur les objectifs éducatifs qu’on poursuit et les moyens mis en oeuvre pour les atteindre : l’appel à “ce qui marche ailleurs” est souvent utilisé pour clore un débat qui a été à peine esquissé. De même, plus besoin de démontrer la solidité de son raisonnement ou de son enquête : la publication dans quelque revue de langue anglaise agit comme un approximation suffisante de la qualité scientifique.

Pourtant, si l’on ne s’arrête pas à cet argument d’autorité intellectuellement peu satisfaisant, on peut faire de la comparaison internationale un levier beaucoup plus intéressant de réflexion et de dé-naturalisation de l’éducation. C’est ce que nous avons essayé de montrer dans les échanges constitutifs de ce troisième ouvrage de la collection des Entretiens Ferdinand Buisson, nourris par les témoignages de Xavier Pons, Marianne Woollven, Valérie Lincot et Caroline Brottet-Aiello.

A quoi sert la comparaison internationale en éducation ? Entretiens Ferdinand Buisson, ENS Éditions, 2017.

Tags: ,

« Older entries