La dimension internationale est devenue un facteur de légitimation particulièrement puissant dans le domaine de la politique éducative comme dans celui de la recherche en éducation. Plus besoin d’argumenter sur les objectifs éducatifs qu’on poursuit et les moyens mis en oeuvre pour les atteindre : l’appel à “ce qui marche ailleurs” est souvent utilisé pour clore un débat qui a été à peine esquissé. De même, plus besoin de démontrer la solidité de son raisonnement ou de son enquête : la publication dans quelque revue de langue anglaise agit comme un approximation suffisante de la qualité scientifique.

Pourtant, si l’on ne s’arrête pas à cet argument d’autorité intellectuellement peu satisfaisant, on peut faire de la comparaison internationale un levier beaucoup plus intéressant de réflexion et de dé-naturalisation de l’éducation. C’est ce que nous avons essayé de montrer dans les échanges constitutifs de ce troisième ouvrage de la collection des Entretiens Ferdinand Buisson, nourris par les témoignages de Xavier Pons, Marianne Woollven, Valérie Lincot et Caroline Brottet-Aiello.

A quoi sert la comparaison internationale en éducation ? Entretiens Ferdinand Buisson, ENS Éditions, 2017.

Tags: ,

Dans le cadre d’un projet “100 propositions de la recherche pour la présidentielle 2017“, Slate m’a demandé une contribution que j’ai choisi de consacrer à la question de la formation continue des enseignants.

Dans le contexte français, il ne me semblait pas raisonnable de bouleverser la formation initiale à court terme, quoi qu’on puisse penser de ce qui se fait dans les ESPE. Trop de parties prenantes sont opposées sur le fond à ce qu’on mette en place une vraie formation initiale en alternance, ce qui impliquerait de largement réduire la dimension disciplinaire du concours de recrutement et de le déplacer au sein du parcours Master. En outre, le vivier de formateurs, quel que soit leur statut, est aujourd’hui insuffisant pour assurer une formation professionnelle initiale radicalement différente.

En regard, la formation continue, qu’on appelle en général “développement professionnel” est un levier relativement efficace de changement éducatif, ce que souligne de façon récurrente la littérature scientifique francophone et internationale. Read the rest of this entry »

Tags:

Le secrétaire d’État à l’enseignement supérieur et la recherche, Thierry Mandon, a lancé en 2016 un plan spécifique de soutien aux sciences humaines et sociales. Au sein de ce plan, il nous a été demandé de produire un petit rapport sur les transformation des universités françaises, pour témoigner de que la recherche peut apporter comme éclairage aux politiques publiques dans ce secteur. Avec Annie Feyfant, j’ai donc écrit dans un temps relativement court, ce rapport qui vise essentiellement à mettre en lumière quelques éléments majeurs, en résumant notamment des pistes identifiées dans nos propres travaux précédents de synthèse (en particulier ceux menés par Laure Endrizzi au sein de l’IFÉ).

La publication de ce rapport a été l’occasion d’une interview dans EducPros, plus centrée sur la question des standards internationaux que nos regroupements d’universités seraient censés avoir comme objectifs.

Read the rest of this entry »

Tags:

Dans la suite d’un symposium de la conférence de l’Association européenne de recherche en éducation (ECER 2015, Budapest), des chercheurs membres du réseau 1 (“Continuing Professional Development“) ont préparé et publié un numéro spécial de la revue European Journal of Teacher Education sur le thème de la mobilisation des savoirs issus de la recherche pour l’enseignement et la formation des enseignants : “Mobilising research knowledge for teaching and teacher education”.

Ma collègue Marie Gaussel et moi-même y avons contribué en traçant un certain nombre de pistes à partir des revues de littérature que nous avons menées sur cette question et d’activités engagées par l’Institut français de l’Éducation dans le domaine de l’articulation entre la recherche et les pratiques éducatives :  “The conditions for the successful use of research results by teachers: reflections on some innovations in France” (http://dx.doi.org/10.1080/02619768.2016.1260117).

Abstract:

Although numerous claims are made about the necessity for research to improve teaching and learning practices, links between research and teaching are still tenuous. Therefore we argue that the issue of linking research to practice should be tackled in a different way than in the past. Research knowledge in education should consider teachers and school leaders prior to being disseminated, in order to be shaped according to the complexity of educational practice. We illustrate our theory with several experiences of the French Institute of Education, including the organisation of a range of consensus conferences to better link research results, practices and policy.

Ce travail se poursuivra dans le cadre d’un séminaire international que nous organisons à Lyon le 31 mars 2017, dans lequel interviendront des chercheurs de plusieurs pays (Angleterre,  Norvège, Espagne…) :

Tags: , ,

Nous sommes très fiers d’avoir abordé les questions de la voie professionnelle dans la collection des Entretiens Ferdinand Buisson, car il s’y passe beaucoup plus de choses que dans la voie générale, dont on parle paradoxalement plus souvent.

L’ouvrage est disponible sur commande en version imprimée et en diverses versions numériques : http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100955940

Présentation

Le bac professionnel fête cette année ses 30 ans. Les lycées professionnels, récemment réformés, accueillent environ 700 000 élèves. L’essentiel de la « démocratisation » du baccalauréat a reposé ces trente dernières années sur la progression des effectifs. Il n’en reste pas moins que la voie professionnelle reste une solution par défaut, fréquemment considérée comme une voie de relégation scolaire et sociale.

Comment s’y prennent alors les acteurs de ces lycées pour enseigner à des jeunes souvent marqués par des échecs antérieurs et un rapport compliqué à la culture scolaire ? Les savoirs en jeu et la façon dont on apprend s’en trouvent-ils modifiés ? Quelle est la place de la voie professionnelle dans l’ensemble de l’enseignement secondaire ? Quels sont les changements en cours et envisageables au regard des évolutions de la société ?

Une approche sociologique et économique de la filière professionnelle, une analyse didactique des contenus, un regard d’inspecteur sur l’évolution institutionnelle, un témoignage d’enseignante sur des parcours singuliers viennent dans ce livre répondre à ces questions stimulantes, et replacer la voie professionnelle au cœur des débats éducatifs. Read the rest of this entry »

« Older entries § Newer entries »