Qu’est-ce qu’une “bonne” recherche en éducation ?

Quels sont les critères d’une « bonne » recherche dans le domaine éducatif ?
Comment rendre les recherches en éducation plus « scientifiques » et plus utiles à la société ?
Quelles démarches et quels types de méthodes privilégier pour ce faire ?
Ces questions délicates sont au cœur de nombreuses discussions dans le monde de la recherche anglo-saxonne depuis plusieurs années, autour des promoteurs du concept d’« Evidence Based Education », qui entendent à la fois identifier les recherches les plus efficaces et améliorer le niveau d’ensemble de la recherche en éducation.

Moins traitées ou abordées sous des angles différents, ces questions sous-tendent pourtant également certains débats en France. À l’occasion des récents échanges concernant les méthodes d’apprentissage de la lecture, on a vu ainsi plusieurs recherches sollicitées à l’appui de telle ou telle thèse. Plus généralement, des polémiques récurrentes concernant les IUFM ou la recherche pédagogique accusent souvent les travaux de recherche en éducation d’être peu « efficaces » et faiblement « scientifiques ».

Cette Lettre propose donc un tour d’horizon de ces questions à partir d’une sélection d’articles et d’ouvrages récents, sur une thématique qui implique de façon indissociable chercheurs, décideurs et praticiens de l’éducation. Nous commencerons par présenter les divers aspects du débat anglo-saxon sur l’Evidence Based Education et leurs conséquences, avant d’envisager la façon dont des questions approchantes ont pu être traitées en France ces dernières années.

Télécharger le document (PDF, 411KB)

Tags: ,

Laisser un commentaire