Réflexions sur l’identité du métier enseignant

Nous avons décidé de consacrer notre sixième Entretien Ferdinand Buisson à la question du métier enseignant.

Nous avions initialement intitulé la rencontre-débat qui réunit les contributeurs “entre métier et profession, enseignant : une identité introuvable ?” C’était la tentative de souligner la possible ligne de fracture entre une définition plutôt basée sur la régulation professionnelle (statut, carrière, rémunération, position sociale…) et une plutôt basée sur le rapport à l’enseignement (savoirs didactiques et pédagogiques, gestes professionnels..). Il est vite apparu que cette distinction ne faisait pas sens pour la majorité des acteurs et nous sommes donc revenus à une formulation plus simple.

Le sixième opus des Entretiens Ferdinand Buisson

Outre l’introduction des directeurs de collection (Hélène Buisson-Fenet et moi-même) l’ouvrage présente deux contributions d’universitaires complémentaires, qui permettent de disposer d’une vision large et synthétique de la condition enseignante aujourd’hui, avec d’une part l’approche plutôt statistique et quantitative de Géraldine Farges (IREDU) et d’autre part la synthèse sociologique de Pierre Périer (CREAD). Du côté des praticiens, deux professeures des écoles, Céline Grancher et Frédérique Jarre, viennent témoigner de leur rapport à la fois au métier et à la recherche, dans lequel elles identifient une source importante d’identité et de développement professionnel. Enfin, Alain Beitone, avec la franchise et l’érudition qu’on lui connait, témoigne, à partir de sa position d’ancien enseignant de sciences économiques et sociales, du rapport important à la discipline d’enseignement (voire de référence savante) qui anime de nombreux enseignants du secondaire.

Loin de tout sensationnalisme ou de quelque nostalgie, l’ouvrage permet ainsi une approche lucide de la réalité actuelle du monde enseignant et de quelques uns de ses enjeux éclairés par les recherches.

Laisser un commentaire